Arts visuels événement

Passages • exposition

08 septembre — 25 septembre 2022

PASSAGES
Par delà l’inquiétante étrangeté


EXPOSITION
Du 8 au 25 septembre

Jeudi 14h-22h / vendredi au dimanche 14h-18h
Plateforme (1er étage)

Avec : Agathe Deroin, Christophe Écobichon, Marin Esnault, Théo Guezennec, Vanille Hurel, Adrien Ordonneau, Camille Outin & Camille Riquier.

Vernissage : jeudi 8 septembreà partir de 18h30
+ performance S’enforester Mitch Fournial
+ concert The Universal Veil (David Chatton Barker & Sam McLoughlin)
Infos complètes

En cette période profondément instable et pourtant porteuse d’espoirs, comment penser le renouvellement des mondes ? Dans notre contexte de transformation, parfois anxiogène, nous avons besoin de reconstruire le foyer perdu dans la traversée. Ce foyer ne doit pas nier l’inquiétante étrangeté que nous vivons, mais la saisir, retourner le gant de la réalité pour y trouver sa place. L’altérité devenue familière et la familiarité devenue étrangère, peuvent nous permettre de créer une nouvelle ontologie (théorie de l’être) plus inclusive.

ARTISTES & ŒUVRES

Adrien Ordonneau • Deephome

Le public est invité à s’installer dans ce salon. L’espace pétrifié abrite un discours étrange, celui d’un président perdant le contrôle de son corps. Une technologie (le deepfake) a été détournée pour donner à la figure publique l’expression de pilotes subissant des tests de résistance dans une centrifugeuse. L’entraînement de l’algorithme et du corps politique se font écho dans une performativité inversée, témoignant simultanément d’une évolution et d’une dégénérescence. Le spectre d’un traumatisme qui a eu lieu ou aura lieu hante l’espace. L’installation questionne ainsi jusqu’où le pouvoir politique peut-il contaminer le foyer de l’intime et de l’inconscient. En hybridant passé et avenir, réel et fiction, Deephome révèle avant tout l’étrange familiarité d’un imaginaire politique épuisé.

Agathe Deroin • Incubation

Incubation est un projet qui évoque certaines des difficultés de la maladie : la propagation et notre incapacité à intervenir sur celle-ci. La maladie oblige le lâcher-prise, sous son emprise, on ne peut que constater son inéluctabilité. On assiste, médusé, à la dégradation du corps.
Incubation est une métaphore de cet état : la moisissure est la maladie, le corps est le mur et on la regarde à travers la bâche engloutir cette surface, à distance, impuissant. Cette bâche nous permet d’observer l’esthétisme de ce système vivant, car tant qu’il y a la maladie, il y a la vie. La résilience dans la maladie ne résiderait-elle pas simplement dans l’acceptation, et dans le fait de vivre avec la maladie avec apaisement et sérénité ? Néanmoins, il y a une issue fatale : la moisissure finit par mourir, l’œuvre étant vivante, elle est éphémère. Reste à déterminer si elle engloutit le corps dans sa mort ou s’il reste là, immuable.

Camille Outin • Voiles ineffables

Voiles ineffables interroge la manière de faire des mondes à la lisière de l’abstrait et du figuratif, en faisant de la notion de passage, une entité inéluctable et profondément entropique. L’ordre du Réel tend vers le chaos et la notion de changement devient l’encrage de nouveaux paysages.
Ce triptyque s’amuse à hybrider microscopique et astronomique, se jouant de la similitude des formes que prennent le mycélium, filaments souterrains ramifiés des champignons et les bras spiraux qui s’épandent autour des galaxies. Il évoque les mondes du Vivant, et nous pousse à éprouver notre monde en perpétuelle évolution, en évoquant le voile de la réalité. Les mondes du dessus et du dessous sont des lieux de fiction à part entière fondés sur la notion de double, à la frontière entre fantaisie et réalité.
Immergés dans ces espaces, nous les percevons de manière biaisée telles des réalités dissimulées, chimériques ; renouvelant les mythes cachés dans l’ombre du réel.

Camille Riquier • État d’urgence

Entre écriture contemporaine, récit documentaire et dispositif immersif, État d’urgence est une installation sonore pour une personne autour du dérèglement climatique et des droits humains.
Le visiteur équipé d’un casque audio est invité à s’asseoir devant une boîte dans laquelle il doit glisser sa tête. À l’intérieur, il s’immerge dans un paysage évolutif, une atmosphère, des odeurs. Durant 20 minutes, il est plongé dans 4 petits récits d’anticipation : ce sont des fragments, des instantanés de la grande histoire de la planète au XXIe siècle qui se déroule devant lui. Les récits fictionnels écrits par l’auteur Alexis Fichet sont entremêlés de récits de vie capturés par le documentariste Aurélien Blondeau et viendront donner corps à cette installation immersive.
État d’urgence questionne la place de l’individu face à ses projections futures et son rapport au monde globalisé. Cette installation plonge le visiteur dans une expérience intime du futur.

Christophe Écobichon • Le Vent se lève

Ce volet irrationnel est une fiction. Articulation entre les mondes rationnel et irrationnel, entre le conscient et l’inconscient, l’ordre et le chaos. Comme les synapses de la mémoire, il cache ou laisse entrevoir. Battu par les vents – éruptifs et imprévisibles – il est une figure qui surgit de l’enfance. Chacun des travaux de Christophe Écobichon est une variation sur les principes d’articulation, de présentation, d’apparition-disparition.
Dans Le Vent se lève, le volet articulé a pour fonction de laisser passer la lumière ou d’obscurcir, de dévoiler ou d’occulter.

Marin Esnault • VigiBloc

Jouant sur l’ambiguïté des formes entre les dispositifs de sécurisation urbain et les jeux de construction, VigiBloc est à la fois jeu, espace de repos et œuvre sculpturale.
L’installation propose de se réapproprier ces modules en béton, imposés à nous dans l’espace public, sous la forme d’une œuvre jouable et appropriable par tout un chacun. Il invite aussi à un regard critique sur ces dispositifs, dont la présence est l’un des nombreux témoins de l’état d’urgence permanent dans lequel nous vivons.

Théo Guezennec • Fantasmata

« Théo Guézennec explore le lien entre matière et mémoire : si l’image est l’apparition d’une absence, comment peut-elle se manifester […] dans le réel ? Lassé de manipuler éternellement des images numériques sans qu’elles en réagissent, il s’affaire à leur donner corps, à voir les images vivre, naître, et peut-être périr. […] Tout à coup, figées dans cette matière translucide, les images deviennent fragiles et s’exposent à une durée de vie limitée. […] Chaque image réagit différemment, certaines se rigidifient, d’autres s’étirent, et parfois elles s’obscurcissent, se percent ou se déchirent. Ces transformations, guidées seulement par les propriétés de la matière, créent une analogie avec l’expérience immatérielle qu’on appelle se souvenir. »
Extraits du texte Passer au présent, Lou Belbèze, 2022

Vanille Hurel • Chrysalide

Le projet Chrysalide porte sur la reconquête de soi et de l’espace. Cette cape en latex couleur chair est tatouée quotidiennement selon la carte journalière des tremblements de terre mondiaux. Cette installation évoque un stade intermédiaire du développement d’un moi-externe tissé et en perpétuelle mutation. Elle devient le portrait d’un état psychologique où le tremblement de l’épiderme, à la façon d’un urticaire, devient le symbole d’une transition vers une nouvelle forme.
La pratique du tatouage formule une tentative de réappropriation des nouvelles limites d’un Moi-Peau instable et précaire. L’image d’un vêtement-peau ici employée met en considération la peau comme une matière malléable, comme l’argile de l’esprit. Le tremblement de terre devient une métaphore de ses éruptions passagères de l’inconscient sur la peau. La mise en objet de ces séismes intérieurs, de ses vagues psychologiques tente de créer le totem d’une histoire de transition, un auto-portrait en négatif, faire mythe de sa propre condition.

Informations pratiques

Informations pratiques

Informations pratiques

Informations pratiques

PASSAGES
Par delà l’inquiétante étrangeté

Événement collectif
Du 8 au 25 septembre

PROGRAMME

EXPOSITION

Du 8 au 25 septembre
Jeudi 14h-22h / vendredi au dimanche 14h-18h
Plateforme (1er étage)

Avec : Agathe Deroin, Christophe Écobichon, Marin Esnault, Théo Guezennec, Vanille Hurel, Adrien Ordonneau, Camille Outin & Camille Riquier.

ATELIERS PORTES OUVERTES

Samedi 10 et dimanche 11 septembre14h-18h
Rencontre avec les artistes associé·es et les membres actif·ves de l’association
Infos complètes

Samedi 10 septembre, 16h
Visite du collectif : histoire, enjeux et fonctionnement
Infos complètes

BRADERIE

Dimanche 11 septembre, 8h-18h
Déballage des greniers du voisinage + étalage de matériel d’artistes & de compagnies + interventions artistiques
Infos complètes

SOIRÉES MUSICALES

Samedi 10 septembre, 18h-2h
Le Club : UVB76 + Judgitzu + Upwellings + Zazu + Gilles Gillet
Infos complètes

Jeudi 15 septembre, 19h30-23h
Buvette • Tourism + Dj Ranium
Infos complètes

Vendredi 16 septembre, 18h-2h
Soirée Cabanon Records + Préhensible[?]
Infos complètes

Jeudi 22 septembre, 18h30-23h
Buvette • Cheb Rooty & Dr. Doo • Dj-Set (Roz An Clan Studio)
Infos complètes

CHAOS D’URGENCE

Samedi 17 septembre, 14h-18h
Ateliers de la fresque du climat animés par l’ALEC du Pays de Rennes
Infos complètes

Du 19 au 22 septembre
Résidence de création suite aux ateliers
Infos complètes

Jeudi 22 septembre, 19h30
Buvette • Restitution publique de la résidence
Infos complètes

JOURNÉE D’ÉTUDE

Samedi 24 septembre, 10h-18h
Réflexions autour des notions de passages et d’inquiétante étrangeté, au cœur des troubles qui peuvent conduire vers de nouveaux mondes.
Infos complètes

image

image

image

image

image

image

image

image

Abonnez-vous à la newsletter !!!

Abonnez-vous à la newsletter !!!

Abonnez-vous à la newsletter !!!

Abonnez-vous à la newsletter !!!